Maître-nageur sauveteur et sauveteur aquatique, des métiers qui recrutent !

Au moment où plus de 10% de la population française se trouve privée d’emploi, les diplômes du BPJEPS AAN et du BNSSA constituent de véritables remparts contre le chômage. En effet, les espaces de bain en France connaissent une inquiétante pénurie de personnels formés. 64% des employeurs consultés indiquent rencontrer de réelles difficultés dans leurs recrutements et tournent bien souvent avec des effectifs restreints.

Etonnant ? Pas lorsqu’on sait que la natation est la 2ème activité sportive la plus prisée des Francais, avec 12,7 millions de pratiquants. Le nombre important d’établissements de bain en France joue également un rôle dans cet état de fait, puisque 84% de la population habite à moins de 8km d’un lieu de baignade. Une couverture qui offre donc un marché extrêmement favorable pour l’emploi !

A noter, si les profils jeunes restent majoritaires dans la démarche de formation, les profils issus d’une reconversion professionnelle sont très prisés des employeurs.

Des métiers à forte responsabilité, qui rime également avec loisir et passion…

En piscine municipale, centre aquatique privé, club de vacances, ou encore sur plan d’eau, le maître nageur sauveteur (MNS) exerce son métier dans des environnements variés où il fait rimer loisir et sécurité. Si assurer la sécurité des biens et des personnes reste une partie essentielle de son travail, le MNS est aussi un pédagogue et un animateur. En effet, il a pour mission de transmettre les fondamentaux de la natation à des publics variés, mais également de les accompagner dans leur remise en forme en les faisant bouger au travers d’activités en musique. Son sens du rythme et du spectacle seront alors indéniablement des atouts majeurs ! Enfin, pour les bases, évidemment le MNS est bon nageur et doit se maintenir en condition physique, la passion de la natation étant un plus qui s’ajoutera au plaisir d’exercer ce métier !

Sans compter que des évolutions professionnelles sont possibles. Le métier d’entraîneur, la bi-qualification (acquisition d’une autre mention du BPJEPS éducateur sportif) ou encore les postes d’encadrement et de direction, en passant par la titularisation en collectivité territoriale, peuvent offrir des suites de parcours riches et stimulantes.

Quant au sauveteur aquatique, son petit frère, il est bien plus qu’un simple surveillant de baignade. En effet, il est même un maillon essentiel de son équipe et participe pleinement à la vie de son établissement au quotidien. Il garantit l’hygiène de l’eau, rend service aux usagers ou à la clientèle et peut également dans certaines structures, participer à l’animation d’activités gratuites. Autant de compétences que les formations du CLES permettent de développer.

Le CLES propose des parcours de formation en phase avec le marché de l’emploi.

Le CLES, fort de son engagement pour l’emploi et l’insertion des publics qui en sont éloignés, propose des parcours de formation accessibles avec ou sans diplôme. La formation « Employé de piscine », permet d’acquérir une première qualification de niveau V (niveau CAP, BEP), de valider les attestations réglementant l’activité et d’acquérir les compétences permettant une insertion durable dans l’emploi ; En somme être prêt à l’emploi tout en amorçant son parcours vers la qualification de niveau IV (niveau BAC).

Le BPJEPS AAN permet d’exercer le métier de MNS. La formation dispensée par le CLES découle de l’analyse des besoins des réseaux d’employeurs locaux, afin de garantir encore une fois une employabilité durable aux stagiaires qui en sont issus.

>>> Prochaines sessions de formation :

  • Employé de piscine :
    • du 04 novembre 2019 au 05 février 2020 à Laon (Haut de France), Nancy (Grand Est) et Thouars (Nouvelle Aquitaine)
  • BPJEPS AAN :
    • du 23 septembre 2019 au 25 juin 2020 à Villeneuve-sur-Lot (Nouvelle Aquitaine)
    • du 23 septembre 2019 au 25 juin 2020 à Thouars (Nouvelle Aquitaine)
    • du 09 septembre 2019 au 20 juin 2020 à Nancy (Grand Est)